Contradiction tribune dans Le Figaro sur Livre numérique par Alexandre BOMPARD

blog écrivain ...
Blog actualité, musique, chanson, littérature, politique, de l'écrivain indépendant Ternoise.

flux des infos RSS
Ternoise écrivain ou blogueur ?
Contact - Mentions légales.


Livre numérique vers un prix unique pour tous les acteurs tous les acteurs.
Pas d’accord avec Alexandre BOMPARD, Président directeur général de FNAC
Pas d’accord avec Jean-Louis RAYNARD, Président directeur général de VIRGIN STORES
Pas d’accord avec Pierre COURSIERES, Président du Directoire de FURET DU NORD
Pas d’accord avec Philippe VAN DER WEES, Président directeur général de CULTURA


Alexandre BOMPARD, Philippe VAN DER WEES, Jean-Louis RAYNARD et Pierre COURSIERES ont un point commun : ils sont à la tête de groupes qui font du fric avec les livres. Des marchands qui gagnent plus que les écrivains.
Leur tribune dans Le Figaro du 14 février 2011 s'intitule, Livre numérique : vers un prix unique pour tous les acteurs.
Ils partent d’un constat que je ne partage pas : la Loi Lang aurait engendré un cercle vertueux dans l'édition, ils osent même prétendre « une offre de livres très riche et une place assumée pour la création éditoriale. » Qui parmi les indépendants était accepté chez eux. Ils n’ont pas voulu de nous, nous ne voulons plus d’eux !
Ils n’aiment l’article 3 de la loi « Livre numérique » : « le prix de vente fixé dans les conditions déterminées à l’article 2, s’impose aux personnes établies en France proposant des offres de livres numériques aux acheteurs situés en France ».
Hé oui, les plateformes de vente de livres numériques établies hors de France, n’auront pas à subir cette loi, même s’ils vendent à des acheteurs situés en France.
Fnac et compagnie ont donc peur d’ Apple, Amazon et Google.
Et ils osent même utiliser l’argument d’un risque d’appauvrissement de la création éditoriale par le développement non maîtrisé du livre numérique au détriment du livre papier conduisant, dans un contexte de baisse de prix, à l’impossibilité de rémunérer correctement les auteurs et toute la chaîne éditoriale.
Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’ils ont peur que leur vache à lait des livres papiers disparaisse.
Quant au livre numérique, j’espère que les écrivains refuseront Fnac, Amazon et les autres : nous pouvons vendre sur nos sites sans donner 30 ou 40% de marge ! Qui acceptera de vendre mes livres numériques avec 20% de marge ? Je ne donne pas plus. Mais mes livres sont vendus à 5 euros maxi.





Ajouter votre commentaire


Thèmes du blog : : chanson - internet - société - blogueurs - littérature - Mobiles et PDA - politique - écologie .

Quand Ternoise cause... le Lot tremble ? (le président du département ?)